Hope for Baloum e.V. - Kultur, Entwicklung, Solidarität
...  ...  ...

Histoire

bonjour

Histoire

Baloum n’est pas un village, mais un ensemble de villages.
De façon générale, le groupement des villages Baloum est entouré de cinq autres groupements : Bamendou, Bansoa, Bamendjou, Fotouni, Fomepia. Ces groupements de nos jours appartiennent à trois départements de la région de l’Ouest du Cameroun : Haut-Nkam, Hauts Plateaux, Menoua (dont Baloum fait partie). Notons que les limites de Baloum ont été modifiées au cours de l’histoire. Très souvent les modifications ont été précédées par des luttes fratricides. Du côté de Fomepia, la limite originelle est le lieu sacré dit Melounvou, vers Bamendou c’était le cours d’eau Mecheung, vers Bansoa le carrefour Michel Penka (Gwouang) et la route qui y va jusqu’au carrefour Baloum, vers Bamendjou c’était le lieu sacré situé au carrefour Tchum.

Langue

Le groupement Baloum est constitué essentiellement des Bamiléké et des Borroros (en minorité). En dehors de cette minorité, la population appartient à la zone linguistique YEMBA. Sa variété dialectale est désignée par les linguistes par le terme « Yemba Sud-est » par opposition à « Yemba-Centre » (Foto, Bafou…) « Yemba-Nord », etc.

Origine

Le nom Baloum aurait été donné par un chasseur parti de Foréké pour une partie de chasse. A son retour, et pour décrire cet endroit nouveau où la chasse a été miraculeuse, il utilisa le terme « LO » désignant les nuages qui caractérisent jusqu’aujourd’hui ce coin de la chaîne des montagnes de l’Ouest. Le terme a désigné, puis ses habitants : PEH-LOU. Le vocable « BEH » dominant dans le Ndé, Mifi… a alors remplacé celui de « PEH ». PEHLOU ou bien BALOUM signifie donc les gens de LO/LOUM. En général, les Baloum sont des Bamiléké. En langue locale, « nekeu, keukeu.. » désigne les ravins. Les PEUHNEKEU désigne « les gens habitant les ravins ». Le colon a transcrit ce terme en Bamiléké.

bonjour

Sa Majesté NOUSSI CHARLY CONSTANT, 12ème Roi de la dynastie des rois Baloum

Chefferie

La chefferie est l’institution traditionnelle chargée d’administrer le groupement. La généalogie reconnaît à ce jour 12 chefs supérieurs à Baloum. Mais il ne faut pas croire que Baloum existe à partir du règne du premier. Non ! ce premier s’est tout simplement imposé son autorité en profitant d’un certain bicéphalisme ambiant à son arrivée. Et comme cela se passe très souvent dans des communautés en voie de construction, les gens peuvent se liguer pour méconnaître l’autorité de quelqu’un dont ils veulent se débarrasser afin de mieux coopérer avec le nouveau chef. On distingue donc :
        1. KEPANTANT
        2. FEUBOU
        3. TAHMEZAK
        4. NGANNEKOUET
        5. TASGHA
        6. KEMLO
        7. TCHOUNVOU
        8. DJOUFFO
        9. KUEDA
        10. PAGWI
        11. POKAM PAGWI MAURICE
        12. NOSSI POKAM CHARLY CONSTANT
Il faut cependant émettre des réserves sur cette généalogie qui ne ressort pas le règne de DJEUFEGUEU. Ce dernier a pourtant régné et fut déshérité. De même KEMLO n’a pas terminé son règne. Sa cour l’a déshérité au profit de son frère. On lui reprocha son égoïsme. Pour le déshériter, sa cour simula un attentat et, afin d’assurer sa sécurité, on l’entraîna à SAGHA, zone inhabitée, le convainquit qu’une retraite s’imposait, le temps de rétablir l’ordre. Ce fut plutôt le temps de faire entrer son frère au « Laakem ». Après l’intronisation de ce dernier, on le fit revenir au village et son frère le consola avec le titre de « Wouba Kemlo » dont beaucoup d’entre nous connaissent le successeur et la concession. Le chef DJOUFO qui a eu pour adjoint Kuékemgang, est celui qui a donné à Baloum sa physiognomonie socioculturelle actuelle. Le chef KUEDA est l’homme de transition entre les allemands et les français. Les « Kuete » i.e. les adjoint de Pagwi et Pokam sont encore vivants.